PHONEME EDITIONS

Sophie Daumier

Sophie daumier 1

Une moue boudeuse, des yeux de biche et de longs cheveux blonds. Mais sous ses airs charmants, la comédienne cachait un tempérament fantaisiste. 

Ses années de carrière et de vie communes avec Guy Bedos, à partir de leur mariage en 1965,demeurent  les plus marquantes de la vie d'Elisabeth Hugon, dîte Sophie Daumier.Il y a peu d'exemples dans l'histoire du spectacle d'un tel duo-couple. Leur complicité à la ville virait à l'orage sur scène, pour le plus grand plaisir des spectateurs.

La fille du compositeur Georges Hugon, directeur de l'Ecole de musique de Boulogne-sur-mer puis professeur d'harmonie au Conservatoire de Paris, naît dans la ville  du Nord durant l'hiver 1934, mais c'est dans, la capitale qu'elle apprend la danse classique et le dessin. Difficile d'imaginer alors cette élève studieuse lever la jambe sur des airs d'Offenbach.

Mêlant l'humour à l'irrévérence, elle triompha sur scène aux côtés de Guy Bedos. Avant de s'éclipser, discrètement, rongée par la maladie.

 

 

Derrière la rigolote...

Et pourtant...A 16 ans, elle part en tournée avec une troupe de french cancan, se faisant appeler Betty Hugon. De retour, la jolie blonde au tempérament déjà affirmé séduit les patrons de la Nouvelle Eve, le cabaret parisien. Elle y est engagée comme " chanteuse fantaisiste "  sous le nom de Betty Laurent. Cette nouvelle expérience lui confirme qu'il y a entre elle et le public qui la découvre, un élan, une complicité prometteuse.

Place au Théâtre, elle suit d'abord les cours de Pierre Dux et Raymond Girard. Dans le même temps, à tout juste 20 ans, elle tombe enceinte et donne naissance à un garçon, Philippe, qui grandira avec ses grands-parents jusqu'à ses 7 ans. 

 

Betty est alors secrètement tiraillée entre son amour maternel et sa carrière naissante. En 1956, la jeune comédienne rejoint l'affiche du film Paris Canaille de Pierre Gaspard-Huit, sous un troisième pseudonyme, Betty Daumier, le nom de jeune fille de sa mère. L'année suivante, elle est Nicole, une des amies de l'héroïne des Collégiennes d'André Hunebelle. Mais 1957 marque surtout son avènement dans Patate au théâtre Saint-Georges, la pièce très drôle de Marcel Achard qui lui choisit le prénom de Sophie. Elle va y triompher six ans ! Au point c'est un comble, de se retrouver prisonnière de cette pièce dorée, refusant, croit-on, les propositions qui commencent forcément à affluer.

Sophie

 On la surnomme alors "Mademoiselle Patate ", tant elle semble partie, pour tenir ce rôle jusqu'à la fin de sa vie. Mais le cinéma ne la lâche pas. Après la Peau de l'ours et A pied à cheval et en voiture, là voilà retenue dans la distribution de Quand la femme s'en mêle, jouant la jeune fille d'Edwige Feuillère et Bernard Blier. Dans ce polar d'Yves Allégret, Sophie à l'honneur d'être la première amoureuse de cinéma d'Alain Delon, dont c'est le tout premier film., à 21 ans. La scène où il offre une glace à la framboise avant d'aller refroidir quelques gangsters est mémorable. Et puis, éternel espoir, Sophie navigue dans une série de films sans envergure ( Les femmes sont marrantes, Chéri, fais-moi peur, A pied,à cheval et en spoutnick...) sans parvenir à accéder au statut de vedette, même si le studio Harcourt immortalise son beau visage en noir et blanc.

A la ville elle s'étourdit en dansant le twist jusqu'au bout de la nuit. Mais c'est bien d'un rockeur anglais de cinq son cadet qu'elle va prendre le coeur, Vince Taylor. Celui que l'on surnommera bientôt " l'Archange noir du Rock " tombe fou amoureux de la Frenchie et s'imagine l'épouser. Sophie, elle, a envie d'amour. " Mais pas d'habitudes, dit-elle. Or le mariage en est une... Et puis comme mon vrai prénom est Elisabeth, si j'épousais Vince, je deviendrai officiellement Elisabeth Taylor ! " C'était déjà pris.

Vince Taylor en photo

Vince taylor

 Après le rockeur tourmenté, elle tombe amoureuse d'un comique au verbe haut rencontré en 1963 sur le tournage du film Dragées au poivre, dont il est scènariste,dialoguiste, et interprète principal. Un certain Guy Bedos, qui va devenir tout à la fois son mari (leur union sera célébrée le 19 février 1965), son pygmalion, son duettiste, le père adoptif de son fils ("son cadeau de mariage" !) et le père tout court de leur fille Mélanie, née en 1977... quelques mois avant leur divorce.Melanie daumier (Ici en photo entourée de son frère et son père )

 Leur tandem irrévérencieux devient le préféré des Français qu'il fait rire à gorge déployée. Il suffit pour s'en convaincre de revoir leur irrésistible sketch  La Drague, écrit par Jean-loup Dabadie, qui deviendra un tube 45-tours, ou encore Bonne fête Paulette !    

Sketch avec guy bedos

Durant dix ans, ils ne se quittent plus, jouant même leur propre rôle dans le film Pouce en 1971. " Cà a été magnifique pendant des années, et puis elle est devenue jalouse au-delà du supportable... et puis j'ai fait ma valise. Confia Bedos après leur rupture. C'était en 1977. Sophie tournera encore trois films, dont Une histoire simple de Sautet, avec Romy Schneider. Elle publiera aussi un livre de souvenirs au titre évocateur, Parle à mon coeur, ma tête est malade, avant de se retirer peu à peu, rongée par une maladie rare et héréditaire. Elle meurt le premier jour de l'année 2004, accompagnée jusqu'au bout par Guy Bedos. " Elle ne reconnaissait plus personne, mais moi, elle me reconnaissait. C'est une belle histoire. "   Elle venait d'avoir 69 ans.Daumier bedos

Bedos daumier

Date de dernière mise à jour : 24/04/2021

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire